Sourire en coin...

Imprimer

coin2.jpg...  coin ! Ah ce célèbre sourire qui illumine le visage d'un enfant qui regarde un canard ! On n'y croyait plus, et puis voilà que, cadeau de Noël au plus chaud de l'été, ils sont là : cinq  canards tendres et dodus ...non, je veux dire mignons et attendrissants, qui ont pris possession de la mare.

Et attention, on ne les a pas largués là n'importe comment. Ce sont des canards V.I.P. preuves vivantes de la virginité retrouvée de la mare de Cailloux-sur-Fontaines, elle-même projet emblèmatique de l'équipe municipale. Pour accueillir les canards, on a donc commencé par faire le ménage.

Ben oui parce que bon, on nous avait bien promis un entretien régulier grandement facilté par un astucieux dispositif : les eaux brassées vigoureusement, par un mouvement circulaire soigneusement calculé, devaient ramener les feuilles et détritus vers un lit de pouzzolanes où il devenait facile de les ramasser. Las, le flux issu de la rive est a bientôt disparu : buse bouchée ? Pompe défaillante ? Erreur de calcul ? Les feuilles d'automne ont commencé à envahir la surface, puis ont gentiment colmaté le fond, puis d'ailleurs les feuilles de printemps et celles de l'été, sans que jamais je n'aie l'impression davoir vu quelqu'un ramasser quoi que ce soit vers les pouzzolanes. Voilà donc notre mare à nouveau bien mal partie, avec les végétaux étouffés par tout ce bazar en train de pourir au fond, à l'exception des lentilles d'eau qui re-montraient le bout de leur nez avec leur ambition colonisatrice habituelle. Mais tout ça c'est fini, honneur aux canards :

 

avantapres.jpg

plus une feuille, nickel, aspirateur passé dans les coins (coin) et gants blancs au dessus du chambranle des portes. Pour les végétaux, tant pis, et place à leur majesté les canards.

niche.jpgEnfin pas encore parce que la cabanne était manifestement trop petite pour tout ce monde. Qu'à cela ne tienne : une poigné de lattes, 3 clous et hop, une cabanne version famille nombreuse. Bon les canards, ça les laisse de marbre. Soit ils ont un certain sens de l'esthétique et refusent de cautionner ce bricolage approximatif, soit tout simplement qu'ils tiennent à rappeler que des générations de canards avant eux ont affronté froid de canard et temps de chien... sans avoir besoin de niche !

echelle.jpgEt après la cabanne, il a falllut leur installer une échelle. Parce que vu d'un canard, les enrochements des rives, c'est les falaises d'Étretat. Ben oui, comme disait Franquin, on ne peut penser à tout...

Mais comme disait jfe ne sais plus qui, l'oeil d'un enfant qui brille en regardant un canard... alors vous imaginez, en regardant cinq canards ! Encore que, moi j'ai rien vu, j'étais en vacances, mais des voisins un rien mauvaises langues m'ont affirmé qu'au début, il y en avait six. J'ai bien compté et recompté, cherché dans les coins (coin) rien à faire, cinq. Je préfère penser qu'il a voulu voler de ses propres ailes, après tout mieux vaut un canard ingrat qu'un canard mort.

A suivre...